Sentiers

Entre deux

Accueil > Le meilleur est avenir ... > Économie de fonctionnalité

Économie de fonctionnalité

lundi 5 janvier 2015, par André-Jean

Liée à l’économie circulaire, l’économie de la fonctionnalité repose sur la vente de l’usage d’un produit et des services associés plutôt que sur la vente du produit lui-même. Ceci permet un découplage entre la valeur ajoutée et la consommation d’énergie et de matière première.

La théorie de l’économie de fonctionnalité a été diffusée en France au cours des années 2000 et popularisée au moment du Grenelle de l’environnement, comme une approche à amplifier.
Parmi les pionniers de cette approche, les plus connus sont, en France, Michelin (qui loue des pneus à ses clients professionnels) et à l’international Interface (qui propose une offre de location de moquette également pour ses clients professionnels). Plus récemment, J.C Decaux loue des Vélib’ au lieu de vendre des vélos.

Michelin et la location de pneus

Problématique : Michelin rencontrait de fortes difficultés à faire accepter le progrès technique et à le vendre à son prix.
1) pneu Energy = -6 % en consommation ;
2) X-one = 1 pneu au lieu de deux par essieu => -5 % en consommation par suite de la réduction de poids.
« Technologie Energy + X-one » = -11 % en consommation de carburant, point très sensible pour un transporteur routier. Refus de ces derniers de payer plus cher tout en reconnaissant la valeur de la technologie Michelin.
Solution : Michelin ne vend plus les pneus, mais prend en charge le cycle de vie chez le client utilisateur
- ajuste le gonflage qui a une incidence sur la consommation,
- conseille les chauffeurs en conduite,
- recreuse et rechape « au bon moment ».
Le client ne paie plus les pneus, mais le kilomètre parcouru.
La durée de vie des pneus est alors bien plus grande.
En cumulant les facteurs, on arrive à 20 pneus au lieu de 64 (/3,2)
Michelin a très sensiblement augmenté sa marge, en valeur absolue. Pourtant, le client a vu ses coûts baisser de 36 % (comparaison du coût des kilomètres parcourus et des achats de pneus), ses frais de gestion interne disparaître puisque pris en charge par Michelin, et ses coûts de carburant baisser de 11 % !
Explication : 44 pneus économisés = coûts en énergie et en matières premières transformés en marge à partager entre fournisseur et client utilisateur.
Résultat : Le succès a bien été au rendez-vous de ce pari audacieux, avec aujourd’hui plus de 300 000 véhicules en gestion à travers 24 pays.
Points clés : Michelin a rencontré et vaincu une résistance au prix en remplaçant la vente du bien par la vente de l’usage du bien (km parcouru au lieu du pneu). L’entreprise l’a fait en ajoutant un service : gestion du cycle de vie, conseil et maintenance.


Voir en ligne : Économie de fonctionnalité

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)